La Porcelaine

“ J’aime ta matière, 

Tu glisses sous mes doigts, à peine je t’emprisonne que déjà tu te libères. J’aime cela. Personnage tu deviens. Personnage tu grandis. Personnage tu vis. Personnage tu voyages et te poses. Enveloppe en mouvement tu es pourtant figée. Tu deviens lumière lorsque de porcelaine tu te vêts. Fragilité de la matière, finesse du grain, douceur et volupté sous la main. Je façonne ton corps, comme je forge mon destin. Debout tu apparais, un châle négligemment posé sur tes épaules dénudées. Invisible est ton corps, Immatérielle tu es.

 Femme, lorsque tu apparais, je t’imagine… ”